La démarche

Bijouterie éthique en argent recyclé et verre filé au chalumeau

Bijoux fabriqués en atelier de A à Z

Les pièces sont réalisées en petite série, par mes soins. Pour la plupart, je crée moi même les apprêts (certains systèmes d’accroches) car je n’ai pas encore trouvé de fournisseur offrant une bonne traçabilité. La question se pose également au sujet des chaînes. C’est une recherche et un ajustement perpétuel !

Quant aux perles, elles sont façonnées par mes soins à la main, une par une. Une fois réalisées, je les recuis dans un petit four afin d’éliminer les tensions accumulées dans le verre pendant qu’il est travaillé. Ce procédé assure une meilleure solidité à la perle.   

D'ailleurs, savez-vous d'où vient l'argent utilisé en bijouterie ?

L’argent est un métal précieux, mais au contraire d’autres matériaux tels que l’or ou le tantale, sa valeur n’est pas suffisante pour être l’enjeu de luttes armées.

De plus, les contraintes d’extraction de l’argent imposent une industrialisation lourde, rendant l’exploitation à petite échelle (souvent illicite pour d’autres matériaux précieux) non viable.

On a donc affaire à des grosses mines où seront conjointement extraits d’autres métaux dans un but de meilleure rentabilité. Ce sont des immenses sites, gérés par des grands groupes. La problématique est ici d’abord d’ordre environnemental et sanitaire, même si les conditions de vie et de travail aux abords de ces sites amènent souvent à des drames humains.

L’impact de l’argent recyclé

Comparaison poids/Km en voiture*
*émissions de gaz à effet de serre

Production 1KG d’or

.

4 ALLER-RETOURS
Montpellier-Pékin en voiture

Production 1KG d’or

recyclé

1 ALLER-RETOUR
Montpellier-Moscou en voiture

Production 1KG d’argent

.

1 ALLER-RETOUR
Montpellier-Madrid en voiture

Production 1KG d’argent

recyclé

1 ALLER-RETOUR
Montpellier-Sète en voiture

Argent recyclé d'origine Européenne

Les initiatives autour du commerce équitable me semblent essentielles. Après tout, lorsque nous allons puiser des ressources dans des pays tiers, la moindre des choses serait que la population locale puisse bénéficier des retombées économiques. Mais le revers de la médaille me semble trop lourd : les procédés d’extraction polluent durablement les sols et détruisent des écosystèmes entiers. Il ne me semble pas “responsable” de proposer un travail, aussi digne soit-il, si en même temps on détruit un milieu.

Le parti pris est donc de ne plus extraire de ressources mais recycler ce que nous avons déjà. L’argent que j’utilise est collecté en Europe et recyclé au Portugal.

Argent recyclé issu des déchets de matériels électroniques et bijouteries

L’argent a la merveilleuse propriété d’être recyclable à l’infini. Mais pour l’instant, sa “faible valeur” comparée à d’autres métaux précieux fait qu’il existe peu de chaînes de récupération de l’argent dans les déchets électroniques.

Dans mon atelier, je récupère jusqu’à la poussière d’argent. Une fois affinée, elle pourra à son tour être transformée en bijou.

Le choix d’acheter et de travailler de l’argent recyclé permet d’encourager le développement de cette filière.

 

Et le verre ?

À première vue, le verre peut sembler complètement à rebours de l’idée d’écologie. Le sable est l’élément principal de sa composition et c’est une ressource en très forte tension.

En effet, on en utilise beaucoup dans le secteur du BTP, c’est d’ailleurs la première cause de sa surexploitation.

Mais si on compare l’utilisation qui en est faite dans le bâtiment et celle dans l’artisanat verrier, les volumes sont radicalement différents. Ma consommation annuelle de verre est d’environ 4kg, soit un peu moins en sable.

Pourquoi pas de pierres ?

Le plus souvent, les pierres utilisées en bijouterie sont extraites dans des mines.

Par exemple, le diamant en Afrique, les rubis et saphir en Birmanie…

Des endroits où les enjeux financiers sont énormes et les conditions de travail des mineurs (travailleurs comme enfants) sont terribles.

Savez-vous que pour extraire un diamant d’un carat (soit 0,20 grammes), il faudra en moyenne extraire 10 tonnes de roches ?

Alors encore une fois, je préfère aller vers ce qui peut se recycler. Il y a encore du travail à faire dans ce sens là pour le verre, mais on y travaille !      

Les collections

Les collections sont très souvent inspirées d’ailleurs : des lieux que j’ai visité ou ceux que j’aime à imaginer.

Collection
Cocon

Collection
Tamashek

Collection
Horizon

Transmission du savoir-faire

Pendant quelques heures, venez vous mettre à l’établi pour créer un objet unique ! Vous pourrez vous essayer à différentes techniques tel que le filage du verre ou le travail du métal. Je vous accompagnerais pas à pas dans la réalisation.

Me contacter

Vous pouvez me contacter pour toutes demandes d'informations

2 + 4 =